Le dernier ennemi: la mort.
Socrate et Jésus

  1. Avant-Propos
  2. Le dernier ennemi: la mort. Socrate et Jésus
  3. Le salaire du péché: la mort. Corps et âme. Chair et Esprit.
  4. Le premier-né d'entre les morts. Entre la Résurrection du Christ et l'anéantissement de la mort.
  5. Ceux qui dorment. Saint-Esprit et état intermédiaire des morts.
  6. Conclusion

Dans l'impressionnante description de la mort de Socrate que Platon donne dans son Phédon, nous lisons ce qui a eté écrit de plus sublime sur l'immortalité de l'âme. Précisément la réserve, la prudence scientifiques, le renoncement délibéré à toute démonstration mathématique donnent à son argumentation une valeur qui n'a jamais été surpassée. Nous connaissons les raisons que le philosophe grec allègue en faveur de l'immortalité de l'âme. Notre corps n'est qu'un vêtement extérieur qui, tant que nous vivons, empêche notre âme de se mouvoir librement et de vivre conformément à sa propre nature eternelle. Il lui impose une loi qui ne vaut pas pour elle. Ainsi l'âme est enfermée dans le corps comme dans une camisole de force, dans une prison. Mais la mort est la grande libératrice. Elle délie les chaînes en faisant sortir l'âme de la prison du corps et en la ramenant dans sa patrie éternelle. Corps et âme étant radicalement différents l'un de l'autre et appartenant à deux mondes distincts, la destruction du corps ne saurait coïncider avec la destruction de l'âme, de même qu'une oeuvre d'art ne saurait être détruite lorsque l'instrument est détruit. Bien que les preuves alléguées en faveur de l'immortalité de l'âme n'aient pas, pour Socrate lui-même, la valeur d'une preuve mathématique, elles n'en atteignent pas moins, pour lui, le plus haut degré possible de probabilité et rendent l'immortalité si probable qu'elle devient pour l'homme, pour employer le terme que nous lisons dans Phédon, un «beau risque».

Cette doctrine, le grand Socrate ne l'a pas seulement enseignée, lorsque, le jour de sa mort, il examinait avec ses disciples les arguments philosophiques en faveur de l'immortalité de l'âme. A ce moment même, il a vécu l'enseignement qu'il a donné. Il a montré par son propre exemple comment, en nous occupant des vérités éternelles de la philosophie, nous travaillons dès maintenant à la délivrance de notre âme. Car la philosophie nous permet, dès à présent, de pénétrer dans ce monde éternel des idées auquel appartient l'âme, et de la libérer ainsi de la prison du corps. La mort ne fera qu'achever cette délivrance. Aussi Platon nous montre-t-il comment Socrate, avec un calme et une sérénité absolus, va au-devant de la mort. La mort de Socrate est une belle mort. L'horreur en est complètement absente. Socrate ne saurait redouter la mort, puisqu'elle nous libère du corps. Quiconque craint la mort, prouve selon lui qu'il aime le corps et qu'il est esclave du monde visible. La mort, c'est la grande amie de l'âme. C'est ainsi qu'enseigne et c'est ainsi que meurt, dans une admirable harmonie avec son enseignement, cet homme qui personnifie le génie grec dans ce qu'il a de plus noble.

Et maintenant écoutons de quelle façon meurt Jésus. A Gethsémané, il sait que la mort l'attend, tout comme Socrate le sait le jour de sa discussion avec ses disciples. Les Evangiles synoptiques s'accordent entre eux, grosso modo, en ce qui concerne le récit de l'événement de Gethsémané. Jésus commence à «trembler et à être dans l'angoisse», écrit Marc (14.34). «Mon âme est affligée jusqu'à la mort», dit-il a ses disciples.

[Malgré le parallèle Jonas 4.9 sur lequel attirent l'attention E. KLOSTERMANN, Das Markusevangelium, 3. Aufl., 1936, ad. loc., et E. LOHMEYER, Das Evangelium des Markus, 1937, ad loc., l'explication: «je suis si triste que j'aimerais mieux mourir», nous paraît tout à fait improbable, dans cette situation, où Jésus sait qu'il mourra (l'institution de la Cène); l'interprétation de J. WEISS, Das Marhus-Evangelium, 3. Aufl., 1917, ad loc.: «ma tristesse est si grande que je succombe sous son poids», nous paraît s'imposer, surtout à la lumière de Marc 15.34. La parole (Luc 12.50): «et quelle n'est pas mon angoisse jusqu'à ce que le baptême (= la mort) soit accompli», suggère la même explication de notre passage.]

Jésus est si complètement homme qu'il partage la peur naturelle que nous inspire la mort: il doit, comme le divin Fils de l'homme et serviteur de Dieu, l'éprouver même beaucoup plus terriblement que les autres hommes.

[Des commentateurs anciens et plus récents Comme J. WELLHAUSEN, Das Evangelium Marci, 2. Aufl., 1909, ad loc., J. SCHNIEWIND in N.T. Deutsch, 1934, ad loc., E. LOHMEYFR, Das Evangelium des Markus, 1937, ad loc., cherchent, en vain, à échapper à cette conséquence qui d'ailleurs est aussi suggérée par les fortes expressions grecques pour «trembler» et «être dans l'angoisse»; ils donnent des explications qui ne s'accordent pas avec la situation où Jésus sait déjà qu'il doit souffrir pour les péchés de son peuple (sainte Cène). En Luc 12.50, il est tout à fait impossible d'éliminer cette angoisse devant la mort, et en tenant compte de la parole de Jésus sur la croix (Marc 15.34), on ne peix pas expliquer Gethsémané autrement que par l'angoisse devant ce délaissement auquel la mort, la grande ennemie de Dieu, conduira Jésus.]

Il a peur, non comme un lâche, ni des hommes qui le tuent, ni des douleurs qui précèdent la mort, mais peur de la Mort elle-même parce que c'est la grande puissance du Mal. La mort, pour lui, n'est pas une chose divine. Elle est une chose horrible. Jésus ne veut pas être seul à ce moment-là. Il sait que son Pere l'a toujours soutenu. C'est à lui qu'il vient à ce moment décisif, comme il l'a fait durant toute sa vie terrestre. Il vient à lui avec l'angoisse toute humaine que lui inspire la mort, la grande ennemie. Il est parfaitement inutile de vouloir éliminer du récit évangélique, par toutes sortes d'explications artificielles, cette peur de Jésus. Les ennemis du christianisme, qui déjà dans l'antiquité relevaient le contraste entre la mort de Socrate et celle de Jésus, ont vu ici plus juste que des commentateurs chrétiens. Jésus tremble réellement devant le grand ennemi de Dieu. Rien de la sérénité de Socrate qui avec calme va au-devant de la mort, la grande amie. Jésus implore Dieu de lui épargner d'avoir à passer par la mort. Certes il sait déjà d'avance que c'est la tâche qui lui a été conférée, souffrir la mort, et déjà d'avance il avait dit: «Il est un baptème dont je dois être baptisé et quelle n'est pas mon angoisse jusqu'à ce qu'il soit accompli» (Luc 12.50). Mais maintenant que l'ennemi de Dieu est devant lui, il implore le Père dont il connaît la toute-puissance: «Tout est possible à toi, laisse passer ce calice loin de moi» (Marc 14.36). Et lorsqu'il ajoute: «cependant non pas ce que je veux mais ce tu veux», cela ne signifie pas qu'en dernière analyse il considère quand même, à l'instar de Socrate, la mort comme l'amie libératrice. Non, il veut seulement dire ceci: si cette chose horrible, la mort, doit m'arriver, selon ta volonté, je me soumets à cette horreur.

Jésus sait que la mort en elle-même, puisqu'elle est l'ennemie de Dieu, signifie isolement extrême, solitude radicale. Voilà pourquoi il implore Dieu. En présence de la grande ennemie de Dieu, il ne veut pas être seul. Et pourtant il appartient pour ainsi dire à l'essence même de la mort qu'elle le sépare de Dieu. Tant qu'il est entre ses mains, il n'est plus entre les mains de Dieu, mais de l'ennemie de Dieu. Jésus voudrait rester uni avec Dieu, aussi étroitement qu'il l'a été durant toute sa vie terrestre. Mais à ce moment-là, il ne cherche pas seulement l'assistance de Dieu mais même celle des disciples. Toujours à nouveau, il interrompt sa prière et rejoint ses disciples les plus intimes qui essaient de lutter contre le sommeil afin de ne pas dormir lorsqu'on viendra arrêter leur Maître. Ils essaient, mais n'y parviennent pas, et Jésus doit toujours à nouveau les réveiller. Pourquoi veut-il qu'ils veillent? Il ne veut pas être seul. Même des disciples dont il connaît pourtant la faiblesse humaine, même d'eux il ne veut pas être abandonné lorsque la mort, l'ennemie terrible de Dieu, va se ruer sur lui. Il veut être entouré de la vie, de la vie qui est dans les disciples: «Ne pouvez-vous pas veiller une heure avec moi?»

Peut-on imaginer plus grand contraste que celui qui existe entre la mort de Socrate et celle de Jésus? Socrate qui, comme Jésus, le jour de sa mort, est entouré de ses disciples, mais discute avec eux sur l'immortalité avec une sérénité sublime; Jésus, qui quelques heures avant sa mort est là tremblant, implorant ses disciples de ne pas le laisser seul. L'Epitre aux Hébreux qui, plus que tout autre écrit du Nouveau Testament, souligne la pleine divinité (chap. 1.10), mais aussi la pleine humanité de Jesus, va, dans sa description de l'angoisse de Jésus en face de la mort, encore plus loin que les trois récits synoptiques. Il nous est dit que Jésus «présenta, avec beaucoup de cris et de larmes, ses prières et ses supplications à celui qui pouvait le sauver» (5.7).

[Le rapport avec Gethsémané nous paraît hors de doute; voir aussi J. HÉRING, L'Epître aux Hébreux, 1954, ad loc.]

Donc, d'apres l'Epitre aux Hébreux, Jésus a crié et pleuré en face de la mort. D'un côté, Socrate qui, avec calme et serenité, parle de l'immortalité de l'âme; de l'autre, Jésus qui crie et qui pleure.

Ensuite, la scène de la mort elle-même. Avec un calme souverain, Socrate boit la ciguë; Jésus par contre crie avec les paroles du Psaume: «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?», et il meurt en poussant un autre cri inarticulé (Marc 15. 37). Ce n'est plus la mort amie de l'homme. C'est la mort dans toute son horreur. C'est vraiment le dernier ennemi de Dieu. C'est ainsi que l'apôtre Paul désigne la mort: le dernier ennemi (I Cor. 15.26). Ici, apparaît l'abîme entre la pensée grecque d'une part et la foi juive et chrétienne d'autre part.

[J. LEIPOLDT, Der Tod bei Griechen und Juden, 1942, a posé le problème dans une perspective tout à fait fausse. Certes, la conception grecque de la mort est avec raison nettement distinguée de la conception juive. Mais la préoccupation de Leipoldt d'identifier constamment la conception chrétienne avec celle des Grecs et de la séparer de la conception juive, s'explique peut-être seulement quand on prend en considération l'année de parution de ce livre et la série dans laquelle il a été publié (Germanentum, Christentum und Judentum).]

En usant d'autres expressions, l'auteur de l'Apocalypse considère également la mort comme le dernier ennemi, lorsqu'il décrit comment, à la fin, elle est jetée dans l'étang de feu (20.14).

Etant l'ennemie de Dieu, elle nous sépare de lui qui est vie et créateur de toute vie. Jésus qui est complètement uni avec Dieu, plus uni que n'importe quel autre homme ne l'a jamais été, doit ressentir la mort d'une façon beaucoup plus affreuse que tout autre homme. Jésus doit éprouver cet isolement, cette séparation de Dieu, qui au fond est la seule situation qui soit vraiment à craindre, d'une manière infiniment plus intense que d'autres, précisément parce qu'il est si étroitement uni avec Dieu. Voilà pourquoi il crie à Dieu avec le psalmiste: «Pourquoi m'as-tu abandonné?» A ce moment, il est réellement entre les mains de la grande ennemie de Dieu: la mort. Il faut savoir gré à l'évangéliste de n'avoir rien atténué dans sa description.

Nous venons de confronter la mort de Socrate avec celle de Jésus. Car rien ne montre mieux la différence radicale entre la doctrine grecque de l'immortalité et la foi chrétienne en la résurrection. Parce que Jésus a réellement passé par la mort dans toute son horreur, non seulement dans son corps, mais précisément aussi dans son âme «(mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonne?»), il doit et peut être pour le chrétien qui voit en lui le rédempteur, celui qui triomphe de la Mort elle-même dans sa propre mort. Là où la mort est conçue comme l'ennemie de Dieu, il ne peut y avoir de l'«immortalité» sans une uvre ontique du Christ, sans une histoire du salut, dont la victoire sur la mort est le centre et la fin. Cette victoire, Jésus ne peut pas la remporter en continuant à vivre simplement en tant qu'âme immortelle, donc au fond sans mourir. Non, il ne peut vaincre la Mort qu'en mourant réellement, en se rendant dans le domaine même de la Mort, la grande destructrice de la vie, domaine du néant, de la séparation de Dieu. Lorsqu'on veut vaincre quelqu'un, on est obligé de se rendre dans son domaine. Quiconque veut vaincre la Mort elle-même, doit mourir, mais encore une fois: vraiment cesser de vivre, pas simplement continuer à vivre en tant qu'âme immortelle, mais perdre le bien le plus précieux que Dieu nous a donné: la vie elle-même. Voilà pourquoi Marc, qui pourtant présente Jésus comme le Fils de Dieu, n'a pas essayé d'atténuer en quoi que ce soit l'aspect horrible, tout humain, de la mort de Jésus.

Si la vie doit sortir de cette mort, un nouvel acte créateur de Dieu est nécessaire, qui rappelle à la vie non seulement une partie de l'homme mais l'homme tout entier, tout ce que Dieu a créé, tout ce que la mort a détruit. Pour Socrate et Platon, point n'est besoin d'un acte créateur. Car le corps, pour eux, est mauvais et ne doit pas continuer à vivre. Et la partie qui doit continuer à vivre, l'âme, ne meurt pas du tout. Si nous voulons comprendre la foi chrétienne en la résurrection, nous devons faire complètement abstraction de l'idée grecque selon laquelle la matière, le corps, serait mauvais et devrait être détruit, de sorte que la mort du corps ne signifierait nullement destruction de vie véritable. Pour la pensée chrétienne (et juive), la mort du corps, elle aussi, signifie destruction de la vie créée par Dieu. Il n'y a pas de différence. La vie de notre corps est vie véritable. La mort c'est la destruction de toute vie créée par Dieu. Pour cette raison, c'est la mort, et non pas le corps, qui doit être vaincue par la résurrection.

C'est seulement en éprouvant avec les premiers chrétiens toute l'horreur de la mort, prenant ainsi la mort au sérieux, que nous pouvons comprendre l'allégresse de la communauté primitive au jour de Pâques. Alors il est possible de comprendre que toute la vie et toute la pensée du Nouveau Testament soient dominées par la foi en la résurrection.

La foi en l'immortalité de l'âme n'est pas une foi en un événement qui bouleverse tout. L'im-mortalité, ce n'est au fond qu'une affirmation négative: l'âme ne meurt pas (elle continue simplement à vivre). Résurrection, c'est une affirmation positive: l'homme entier, qui est réellement mort, est rappelé à la vie par un nouvel acte créateur de Dieu. Quelque chose d'inouï se passe! Un miracle créateur. Car auparavant quelque chose s'est passé également, quelque chose d'horrible: une vie créée par Dieu a été détruite.

La mort, pour la Bible, n'est pas belle en soi, la mort de Jésus non plus. La mort est réellement telle qu'on la représente: un squelette; elle répand l'odeur de la décomposition. Et la mort de Jésus est aussi laide que le grand peintre Grünewald l'a peinte au moyen age. Mais précisément pour cette raison, le même peintre a su représenter, immédiatement à côté, d'une façon incomparable et unique, la grande victoire, la résurrection de Christ. Christ revêtu du corps nouveau, du corps de résurrection. Quiconque peindrait une belle mort, ne saurait peindre la résurrection. Quiconque n'a pas éprouve toute l'horreur de la mort, ne peut pas chanter avec Paul l'hymne de la victoire: «La mort a été engloutie: victoire! Où est-elle, ô mort, ta victoire? Où est-il, ô mort, ton aiguillon?» (I Cor. 15.54 s).

IMMORTALITÉ DE L'AME ou
RÉSURRECTION DES MORTS?

Le témoignage du Nouveau Testament

OSCAR CULLMANN
Professeur d'Université à Paris et à Bâle
1956

  1. Avant-Propos
  2. Le dernier ennemi: la mort. Socrate et Jésus
  3. Le salaire du péché: la mort. Corps et âme. Chair et Esprit.
  4. Le premier-né d'entre les morts. Entre la Résurrection du Christ et l'anéantissement de la mort.
  5. Ceux qui dorment. Saint-Esprit et état intermédiaire des morts.
  6. Conclusion

Go to Literature Index Page

This URL is abcog.org/ame1.htm